Accueil > Dernières nouvelles

MIEUX MAITRISER L’USAGE DES VOIRIES COMMUNALES : UN TEMPS D’ÉCHANGE ET D’INFORMATION ANIMÉ DANS LES BONNEVAUX

Les problématiques de voirie sont le quotidien des affaires communales. La question de la régulation de son utilisation et de son entretien est primordiale afin de garantir son bon état et assurer la circulation des différents usagers dans de bonnes conditions. La voirie peut cependant être parfois très sollicitée lors du passage d’engins imposants, notamment forestiers (grumiers, engins de débardages…) et il n’est alors pas aisé d’identifier les responsabilités et de remédier à la situation. Afin d’apporter un éclaircissement aux élus et aux professionnels de la filière bois sur ce sujet, une réunion d’information sur le thème  de la voirie forestière  s’est tenue le 20 avril dernier à Villeneuve de Marc. Cette réunion était organisée par l’Association des Communes Forestières de l’Isère en partenariat avec la Charte Forestière de Bas-Dauphiné-Bonnevaux et l’interprofession du bois Créabois.

Cette réunion avait particulièrement pour but d’introduire la mise en œuvre d’un mode opératoire d’utilisation des chemins ruraux lors de l’exploitation forestière basé sur le dispositif d’état des lieux avant/après chantier mis en place depuis 2016 dans la charte forestière voisine des Chambaran (voir encart). Après un rappel théorique sur les tenants et aboutissants d’une telle démarche, M. Rojat, élu correspondant forêt à Varacieux (CFT Chambaran) a ainsi témoigné pour répondre aux nombreuses interrogations de l’assemblée. Des inquiétudes ont fait surface notamment sur le temps nécessaire à l’élu pour la réalisation de ces états des lieux mais également sur le fait que certains exploitants ne « jouent pas le jeu », la démarche étant basée sur le volontariat

A remarquer la diversité des acteurs présents ce soir-là : des élus bien entendu mais également des exploitants forestiers et gestionnaires étaient présents et ont pu alimenter la discussion. Cela a permis à chacun de mieux intégrer l’activité de l’autre et de mieux comprendre ses préoccupations et les règles auxquelles il est soumis. Ce rapprochement permettra d’amorcer plus facilement la discussion entre exploitant et correspondant forêt lorsqu’un chantier aura lieu.

Bien que le dispositif ne représente pas un remède miracle pour solutionner les éventuels problèmes, la réelle plus-value vient du rétablissement de lien et de communication entre exploitants et propriétaires, gage de fondations solides pour une collaboration dans la durée et porteuse d’espoir pour la suite.

Le dispositif détat des lieux avant/après chantier

Etapes clés

 

     1)     L’acheteur de la coupe informe la mairie 

     2)     La mairie/le correspondant forêt se met en contact avec le donneur d’ordre sous 8 jours

     3)     Les 2 parties se rencontrent et discutent des possibilités de vidange et de stockage des bois sur le terrain. Un état des lieux est renseigné en précisant les zones en bon/mauvais état avant le chantier

     4)    Déroulement du chantier ; remise en état du chemin si nécessaire par l’exploitant

        5)    Réception du chantier : état des lieux contradictoire fonction de la déclaration effectuée avant le chantier

 

 

 

REVENIR A LA PAGE PRECEDENTE