Actualités > Ardèche

LE PIN DE SALZMANN REÇOIT DES VISITEURS !
Olivier GLEIZES, Ingénieur forestier au CNPF-IDF , Jean-Michel PRÉAULT, Président de l’ASLGF des Cévennes Ardéchoises, Anaïs LAURIOUX, Animatrice Natura 2000/ENS à la Communauté de communes du Pays des Vans en Cévennes, Laurent GOLLIARD, technicien ONF, Jean-Marie Laganier, maire de Banne et Jean-Paul Manifacier, maire des Vans, étaient présents le 20 juin dernier pour accueillir une délégation d’élus des Communes forestières des Alpes-Maritimes venus découvrir le projet mené sur l’ASLGF des Cévennes Ardéchoises et les forêts publiques de Malbosc, Banne et Saint Paul le Jeune.

Ce projet a été financé dans le cadre du partenariat entre le Centre national pour la propriété forestière, le Groupement d’intérêtéconomique (GIP) Massif central et La Poste visant à promouvoir la conservation du carbone en forêt. La Poste a ainsi financé des projets dans 5 départements, dont un sur notre territoire, dans les Cévennes Ardéchoises.

Il s’agissait ici d’agir en faveur du Pin de Salzmann, espèce naturellement présente en Ardèche, qui était assez répandue avant d’être remplacée par le Pin maritime lors des exploitations minières. Le pin de Salzmann est le seul pin noir autochtone en France métropolitaine et son aire géographique est réduite à quelques milliers d’hectares : Sur la commune de St-Guilhem-le- Désert dans l’Hérault, dans les Cévennes ardéchoise et gardoise et dans la région du Conflans en Catalogne française.

 

Afin de préserver cette essence, une zone Natura 2000 et un Espace Naturel Sensible ont été créés. L’Office national des forêts travaille déjà depuis de nombreuses années pour sa préservation, en lien avec Natura 2000. Une sylviculture et des travaux favorisant cette essence sont mis en place, ainsi que des suivis et des campagnes de récolte de graines dans le peuplement classé.
Le pin de Salzmann  est menacé par :
       le risque d’hybridation avec le Pin Laricio de Corse
       le risque d’incendies qui rend les graines non viables
       les coupes rases qui favorisent le Pin Maritime

Le projet a donc permis le reboisement et l’enrichissement en Pin de Salzmann par le financement de plantations, des travaux de détourage dans des accrus naturels, et des travaux de débroussaillage du peuplement classé réduisant ainsi les risques incendies. Ces travaux ont été réalisés sur le territoire de l’ASLGF et des forêts publiques de Malbosc, Banne et Saint Paul le Jeune.

Après une première partie en salle pour présenter le projet, les élus ont pu se rendre sur une parcelle pour observer les travaux de plantation et ont fini leur visite par la découverte du peuplement classé de Pins de Salzmann dont certains individus excèdent 140 ans. Ils sont repartis enchantés et inspirés pour mener des projets en faveur de la multifonctionnalité et de la biodiversité forestière.