Actualités > Ain

LA PYRALE DU BUIS : À QUOI S’ATTENDRE POUR 2017 ?

Présente en France depuis 2008, la pyrale du buis a principalement fait parler d’elle au cours de l’été 2016 pour les importants dommages effectués sur les massifs calcaires de la région Rhône-Alpes. Originaire d’Asie Orientale, elle serait arrivée en France via le commerce des buis ornementaux avant de se répandre dans les buxaies naturelles.

En 2016, plusieurs milliers d’hectares ont été touchés dans le Sud du Massif du Bugey, ce qui a même conduit le Préfet de l’Ain à prendre un arrêté réglementant l’accès aux massifs forestier pour 69 communes du département. Effectivement, les zones touchées par la pyrale du buis demeurent sensibles aux départs de feu compte-tenu également des conditions climatiques de la fin de l’été.

Quelle situation en 2017 ?

Pour l’année 2017, il est attendu à ce que les zones épargnées en 2016 soient touchées. En Rhône-Alpes, la présence de la pyrale a été détectée jusqu’à des altitudes de 600 mètres environ.

Par contre, sur les zones totalement défoliées en 2016, bien que les chenilles aient émergé en masse, leur croissance est très ralentie. En effet, les chenilles n’ayant plus rien pour s’alimente, il faut s’attendre à un effondrement des populations sur ces zones.

Quel traitement face à cet insecte ?

Sur les zones forestières, une lutte par traitement n’est pas envisageable tant sur le plan technique, économique qu’environnemental. De plus, il convient de rappeler que ces chenilles ne sont pas urticantes bien que leur présence abondante constitue une gêne majeure à la fréquentation des massifs.

 

Pour plus d’information, vous pouvez contacter les référents du Pôle Santé des Forêts dans l’Ain :

Et consulter l’actualité sylvosanitaire n°80 sur le sujet :

http://draaf.auvergne-rhone-alpes.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/INFO80-pyrale_du_buis_2017_cle41e474.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

REVENIR A LA PAGE PRECEDENTE