Actualités > Ain

RETOUR SUR L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES COMMUNES FORESTIÈRES DE L’AIN

L’assemblée générale débute par le rapport moral du président, Jacques Deparnay, qui revient sur les principaux sujets ayant jalonné l’année 2016 tels que la réécriture de la charte de la forêt communale – pour laquelle le président regrette qu’elle n’ait pas été simplifiée –, les relations avec l’Office national des forêts depuis la signature du Contrat d’objectifs et de performance ou encore son inquiétude face à l’augmentation de la population de cerfs dans le Bugey. Par la suite, Jacques Deparnay effectue un retour sur son activité en 2016 avec la participation aux réunions des Communes forestières à l’échelle nationale et régionale ainsi que sa participation aux différentes commissions départementales (Aménagement foncier, Préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers, Chasse et faune sauvage…).

L’assemblée se poursuit par l’intervention du président du Groupement Départemental des Exploitants Forestiers Scieurs de l’Ain, Jean-Cyrille Ducret sur l’activité des marchés du sciage qui évoque un début d’année difficile dans la mesure où les charpentiers ont du mal à trouver le personnel pour faire face à la reprise de l’activité. Monsieur Ducret indique qu’il y a une reprise du marché en Europe avec une augmentation des permis de construire et, par conséquent, des mises en construction. En ce qui concerne l’activité des scieries, il indique que les scieurs sont contraints de s’adapter à un marché où la tendance est à l’augmentation de bois technique au détriment des bois traditionnels.

Pour conclure, Jean-Cyrille Ducret se satisfait de la mise en place dans le département d’une formation de bûcheron – qui permettra de former 5 à 7 entrepreneurs de travaux forestiers par an – et insiste sur la nécessité d’avoir une forêt homogène dans le Bugey pour garantir la survie des entreprises locales et la présence d’emplois non délocalisables.

L’Office national des forêts fait un point sur l’évolution de la forêt du Bugey, suite aux résultats de l’observatoire de la forêt de l’Ain, Bruno Pierre, responsable de l’unité territoire du Haut-Bugey, indique qu’on est dans une situation où les feuillus se développent beaucoup plus vite que les résineux. En forêt publique, on observe, par conséquent, un déficit en résineux et un excédent en feuillus qui nécessite une augmentation de la récolte de feuillus. Bernard Bonnici, directeur de l’agence Ain-Loire-Rhône, signale que « la sapinière de l’Ain est menacée, si on ne change rien » et que le fonds local  de replantation est un outil primordial pour assurer la pérennité de la ressource résineuse sur le territoire.

Jonathan Dion, chef du service bois de l’agence ONF Ain-Loire-Rhône, évoque les principaux chiffres des ventes de printemps et de l’automne 2016 :

  •  Une hausse des volumes vendus : 186 746 m3 sur l’agence Ain-Loire-Rhône ;
  •  Un taux d’invendu de 23% des volumes proposés aux deux ventes bien en deçà du niveau régional qui se situe aux alentours de 40% ;
  • Une part de 25% de bois façonnés en contrats d’approvisionnement ;

Il termine par un point sur la tempête Zeus du 06 mars 2017 qui a frappé notamment le Haut-Bugey. Parmi les 14 000 m3 de chablis, 7500 m3 ont été vendus par contrat et 5500 m3 ont été mis en consultation en vue d’une vente à l’unité de produit.

L’assemblée générale se termine par un point d’actualité réalisé par Jessica Masson, directrice adjointe à l’Union régionale des Communes forestières Auvergne-Rhône-Alpes qui revient sur la fusion, le 28 mai 2016, des unions régionales d’Auvergne et de Rhône-Alpes. La nouvelle entité, adaptée aux contours décidés par la loi NOTRe, représente près de 900 communes adhérentes dont 110 dans le département d’Ain. Jessica Masson intervient également pour présenter les projets SYMBIOSE et METIS qui visent à travailler sur la mobilisation du foncier en déshérence et à trouver de nouvelles façons de mobiliser le bois entre les opérateurs publics et privés.

REVENIR A LA PAGE PRECEDENTE